L'innovation en action

Le Salon International de l’Agriculture (SIA) vient tout juste de s’achever dans un climat extrêmement tendu en raison de la crise agricole existante, notamment dans les secteurs porcins et laitiers. Pourtant, il existe de nombreux motifs d’espérance, à commencer par la capacité du secteur à investir dans les nouvelles technologies.

 

Si les veaux, vaches et cochons ont encore été les stars de l’édition 2016 du Salon International de l’Agriculture, d’autres stands se sont illustrés, à commencer par ceux relatifs aux nouvelles technologies. En effet, le secteur agricole est l’un des plus propices à l’innovation.

 

Des objets connectés pour toute la ferme

 

Il est désormais possible de parler de ferme connectée tant l’ensemble des activités agricoles peuvent désormais être régit par les innovations numériques. Aperçût sur l’un des stands du SIA, des lunettes connectées permettent à l’agriculteur d’identifier ses animaux ainsi que l’ensemble de leurs caractéristiques tant du point de vue de la génétique que de la productivité. En clair, il est possible d’obtenir un scan complet du troupeau.

 

L’élevage est d’ailleurs très prisé par les entreprises technologiques, notamment les exploitants laitiers. Ainsi une montre connectée permet de surveiller à distance le fonctionnement et la température des tanks à lait. Toujours pour une optimisation du temps de l’éleveur, des applications permettent désormais de savoir le moment où les génisses sont en chaleur pour pouvoir les inséminer.

 

Évidemment les robots ne sont pas en reste. Si cette aide n’est pas nouvelle dans l’agriculture, la nouvelle génération intègre désormais des solutions intelligentes pour soulager les agriculteurs des tâches les plus chronophages et harassantes. Que ce soit le robot assistant en désherbage ou encore celui permettant à une seule personne de conduire plusieurs engins en même temps, les technologies robotiques continuent à aider.

 

Des intérêts économiques importants

 

L’ensemble de ces innovations ne présente pas uniquement des intérêts technologiques. Leur impact est également économique. C’est notamment le cas des « agri-drones » qui permettent de collecter l’ensemble des données relatives au champ observé et ainsi adapter les besoins en eau ou en pesticides. Avec à la clé d’importantes économies d’échelles.

 

Toutefois, toutes ces innovations ont un coût que les agriculteurs ne peuvent pas forcément avancer, surtout en ces temps de crise. Là encore, ils pourront s’appuyer sur une nouvelle aide technologique 2 .0, celui du crowdfunding, le financement participatif qui s’ouvre de plus en plus au secteur agricole.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print

Leave a Reply